fleche

fleche Littérature
- Jiménez Juan Ramón
- Celaya Gabriel
- Darío Rubén
- Hernández Miguel
- Machado Antonio
- Sepúlveda Luis
- Alberti Rafael
- García Lorca Federico
- Mistral Gabriela
- Neruda Pablo
- Otros poetas
- Textes en prose et citations . Textos en prosa y citas

fleche Actualité-Infos
- Archives
- Présentation du collège

fleche Biographies
- Neruda Pablo
- Botero Fernando

fleche Fêtes et traditions (recettes, chansons...)
- Canciones
- Fêtes traditionnelles
- Recetas de cocina

fleche Géographie
- América Latina
- ESPAÑA
- La comunidad de Andalucía - L’Andalousie

fleche Histoire, Arts et Civilisation
- ARGENTINA

fleche Langue espagnole
- Grammaire et Conjugaison
- Jeux et divertissements
- Vocabulaire

Tous les articles de la rubrique :

 
  Vous êtes ici : Accueil > Actualité-Infos > Archives

Rentrée 2010

Version imprimable

« Lo bueno, lo malo,
todo tiene fin… »

« Ce qui est bon, ce qui est mauvais,
tout a une fin… »

Ya se van acabando las vacaciones, llega el momento de volver al cole.

Les vacances se terminent, le temps de la rentrée approche.

A chacun d’entre vous du Collège Georges Brassens et d’ailleurs,

Bonne Année Scolaire 2010-2011 !

¡A cada uno Buen Año Escolar 2010-2011 !

Pré-rentrée des enseignants le Mercredi 1er Septembre 2010 à 9h.

Pré-rentrée des élèves à partir du Jeudi 2 septembre 2010 selon le niveau.

Poema de Gabriel Celaya

Educar

Educar es lo mismo
que poner un motor a una barca,
hay que medir, pensar, equilibrar,
y poner todo en marcha.

Pero para eso,
uno tiene que llevar en el alma
un poco de marino,
un poco de pirata,
un poco de poeta,
y un kilo y medio de paciencia concentrada.

Pero es consolador soñar,
mientras uno trabaja,
que esa barca, ese niño
irá muy lejos por el agua.

Soñar que ese navío
llevará nuestra carga de palabras
hacia puertos distantes, hacia islas lejanas.

Soñar que cuando un día
esté durmiendo nuestro propio barco,
en barcos nuevos seguirá nuestra bandera enarbolada.

Une des traductions de ce beau poème de Gabriel Celaya :

Eduquer

Eduquer c’est comme
mettre un moteur à une barque,
il faut mesurer, penser, équilibrer
et tout mettre en marche.

Mais pour cela,
il faut que tu aies au fond de toi
un peu du marin,
un peu du pirate,
un peu du poète,
et un kilo et demi de concentré de patience.

Mais il est apaisant de songer,
que tandis que tu travailles,
cette barque, cet enfant
ira très loin sur l’eau.

Songer que ce navire
emportera notre charge de mots
vers des ports lointains, vers des îles distantes.

Songer que lorsqu’un jour
notre propre bateau s’endormira,
sur de nouvelles barques pavoisera notre drapeau
.

Publié par M. I. SCRIVAT
Le lundi 16 août 2010


Réagissez à cet article !