fleche

fleche Littérature
- Jiménez Juan Ramón
- Celaya Gabriel
- Darío Rubén
- Hernández Miguel
- Machado Antonio
- Sepúlveda Luis
- Alberti Rafael
- García Lorca Federico
- Mistral Gabriela
- Neruda Pablo
- Otros poetas
- Textes en prose et citations . Textos en prosa y citas

fleche Actualité-Infos
- Archives
- Présentation du collège

fleche Biographies
- Neruda Pablo
- Botero Fernando

fleche Fêtes et traditions (recettes, chansons...)
- Canciones
- Fêtes traditionnelles
- Recetas de cocina

fleche Géographie
- América Latina
- ESPAÑA
- La comunidad de Andalucía - L’Andalousie

fleche Histoire, Arts et Civilisation
- ARGENTINA

fleche Langue espagnole
- Grammaire et Conjugaison
- Jeux et divertissements
- Vocabulaire

Tous les articles de la rubrique :

 
  Vous êtes ici : Accueil > Géographie > La comunidad de Andalucía - L’Andalousie

Costa del Sol, Almería...

Andalucía - Andalousie (2) Costa del Sol

Version imprimable

Quelques indications sur « La Costa del Sol »

La Costa del Sol s’étend sur plus de 340 km. Cette « Côte du soleil » désigne le littoral méditerranéen du Sud de l’Espagne, en Andalousie, depuis la petite ville de Tarifa, - le point le plus méridional de la péninsule ibérique à l’ouest- , jusqu’au Cabo de Gata, cap situé à l’Est d’Almería.

La Costa del Sol doit sa renommée à des stations balnéaires huppées, des complexes touristiques et sportifs connus, à ses ports de plaisance…à la fréquentation de la jet set…
Des noms viennent immédiatement à l’esprit : Marbella, Torremolinos, Málaga, Mijas… et Estepona – qui a su garder le caractère authentique de sa ville malgré son extension depuis quelques années-…
D’autres endroits sont moins touristiques mais offrent néanmoins de beaux paysages, des plages agréables et surtout, une immersion espagnole, pour le touriste qui voudrait entendre ou parler la langue du pays !

Almería et ses environs
Almería n’est pas la plus connue des villes de l’Andalousie elle mérite cependant d’être découverte, visitée, appréciée, de même que sa province.
Dans les années 60 le tourisme s’est mis en place ainsi qu’une économie tournée vers l’agriculture, avec une production intensive de fruits et légumes.

« Mer de plastique », tel est en effet le surnom donné à cette région où les « invernaderos », des serres immenses, s’étendent à perte de vue comme une immense lagune argentée. Un film « Poniente » de Chus Gutiérrez ( 2002), traite avec émotion et réalisme le sujet de cette économie en évoquant les thèmes ou problèmes adjacents (immigration, injustice, jalousie, drames…).

Flâner dans la ville d’Almería permet d’apprécier son « paseo » et ses places typiques, avec aire de jeux pour enfants aux brumisateurs bienfaisants par temps estival, ou aussi ses rues, bordées de palmiers, certaines bâchées pour profiter d’un peu d’ombre pendant la promenade.

Les boutiques ne manquent pas non plus pour ceux/celles qui aiment faire du shopping.

Faire une pause dans un bar, savourer un délicieux "gazpacho" ou bien déguster des fritures de poissons, par exemple à la « Bodega La Trianera », calle trajano, 21 où l’on est si bien accueilli, est aussi un moment d’agréable détente !

Almería qui est une des plus anciennes villes d’Europe est également intéressante du point de vue culturel.
C’était à l’origine une petite colonie « Al-Meriya » (en arabe, « miroir de la mer ») qui servait de port à Bayyana, puissance maritime au IXème siècle. Au Xème siècle elle connaît son âge d’or lorsqu’elle dépend duCalifat de Cordoue. Au XIème siècle elle devient le centre d’un royaume de taifa (faction indépendante). Cette ville restera arabe jusqu’à la reconquête (« la reconquista ») en 1489 où elle se rendra sans combattre aux Rois Catholiques (« los Reyes Católicos ») évitant ainsi d’être détruite. Cependant divers tremblements de terre eurent raison de la ville qui souffrit alors de misère et d’oubli avant de retrouver au XIXème siècle un nouvel élan.

Parmi les vestiges d’Almería se dresse La Alcazaba, à une centaine de mètres au-dessus de la ville, imposant « château-forteresse » arabe construit au Xème siècle par Abderraman III. Des remparts entouraient alors un camp militaire et protégeaient la population qui venait s’y réfugier.
Malheureusement la Alcazaba fut détruite par un tremblement de terre, les Rois Catholiques firent ensuite édifier une nouvelle forteresse qui domine la ville. Sa position stratégique et sa robustesse permirent de l’utiliser jusqu’au XXè siècle comme installation militaire.

La Cathédrale « Nuestra Señora de la Encarnación » fut construite au XVIème siècle à l’emplacement de l’ancienne mosquée. Il s’agit d’une église fortifiée, afin d’éviter les attaques des pirates barbaresques.

Quelques excursions méritent le passage :
La Isleta del Moro est un tout petit village où l’on peut déguster poissons, paellas et riz en tout genre.

Níjar petit village typique, connu pour son artisanat : poteries de toutes sortes et « jarapas » (sorte de tissu épais coloré qui peut servir de tenture, couverture..). (A lire "Campos de Níjar" de Juan Goytisolo, 1983)

Cabo de Gata et ses récifs. Domaine de la pêche sous-marine. A proximité se trouvent les salines et le parc naturel, rendez-vous des flamants roses.

San José reconnaissable à son village aux maisons blanches adossées à la colline. Le soir des artisans de divers pays s’installent et viennent animer la promenade au bord de mer.

Retamar, situé à 15 km de Almería a été le site en 2005, des « Jeux de la Méditerranée ». De nouvelles constructions, bassin, jardins et aussi appartements et hôtels ont vu le jour à partir de cette époque, les vacanciers peuvent y trouver des aménagements modernes.

A l’intérieur des terres, le paysage aux sierras désertiques et falaises rocheuses permettra un dépaysement total tout en appréciant le calme des lieux. Les « cuevas » (grottes) sont une particularité de la région. Certaines ont été aménagées en habitations troglodytiques, superbes !

Publié par M. I. SCRIVAT
Le dimanche 17 août 2008


Réagissez à cet article !