fleche

fleche Littérature
- Jiménez Juan Ramón
- Celaya Gabriel
- Darío Rubén
- Hernández Miguel
- Machado Antonio
- Sepúlveda Luis
- Alberti Rafael
- García Lorca Federico
- Mistral Gabriela
- Neruda Pablo
- Otros poetas
- Textes en prose . Textos en prosa

fleche Actualité-Infos
- Archives
- Présentation du collège

fleche Biographies
- Neruda Pablo
- Botero Fernando

fleche Fêtes et traditions (recettes, chansons...)
- Canciones
- Fêtes traditionnelles
- Recetas de cocina

fleche Géographie
- América Latina
- ESPAÑA
- La comunidad de Andalucía - L’Andalousie

fleche Histoire, Arts et Civilisation
- ARGENTINA

fleche Langue espagnole
- Grammaire et Conjugaison
- Jeux et divertissements
- Vocabulaire

Tous les articles de la rubrique :

 
  Vous êtes ici : Accueil > Littérature > Otros poetas

Valladares Armando, ¿LIBRE... ?

Version imprimable

Tú dices que eres libre
-yo no sé si lo crees
pero al menos lo dices.-
Libertad no es espacio
para dar unos pasos
ni siquiera la cama
para acostarse dos.
Tú dices que eres libre
y no tienes palabras
porque sólo repites
-con la boca cerrada-
aquellas que te dan.
Libertad no es un pan
-a veces en la mesa-
ni un poco de cerveza
o algo para fumar :
Libertad es hacer esto :
escribir lo que piensas
gritar lo que aborreces
aunque pagues con años
de tortura las letras
aunque mueras de rejas
en esta soledad.

Armando Valladares.Poeta cubano. « Cavernas del silencio »1983

Traduction proposée :
Tu dis être libre
-je ne sais pas si tu y crois
mais au moins le dis-tu.-
La liberté n’est pas espace
où l’on peut marcher
pas même un lit
où coucher à deux.
Tu dis être libre
et tu n’as pas de mots
car tu ne fais que répéter
-bouche fermée-
ceux qui te sont donnés.
La liberté n’est pas un pain
-parfois sur la table-
ni un peu de bière
ou de quoi fumer un peu.
La liberté c’est faire ceci :
écrire ce que tu penses
hurler ce que tu détestes
même si tu dois le payer
par des années de torture
même si tu meurs de « prison »(barreaux)
dans cette solitude.

Publié par M. I. SCRIVAT
Le mercredi 23 février 2005


Réagissez à cet article !